Montmartre


Carrières de gypse
qui ont fourni le «plâtre de Paris», matériau de construction très résistant, depuis l'antiquité jusqu'en 1860 (fermeture des carrières). Ce qui fait des dessous de la Butte un vrai gruyère. Autrefois endroit occupé par un temple du Dieu Mars (Mons Martis), la Butte fut le lieu de refuge des premiers chrétiens puis le lieu de pèlerinage consacré à l'évangélisateur des parisiens Saint Denis au 3è siècle (Mons Martyrium) : Les martyrs Denis, Rustique et Eleuthère).

Au XIIè siècle, le roi de France Louis VI Le Gros et sa femme Adèle de Savoie firent l'acquisition de Montmartre.

La Commune fut annexée à Paris en 1860.

Elle joua un grand rôle dans la période révolutionnaire de la Commune de Paris (2 mars-28mai 1871).

 

Huile sur toile de 1869 d'Alfred Sisley
au Musée des Beaux Arts de Grenoble

9 rue Yvonne Le Tac
Sanctum martyrium (chapelle du martyre), lieu de pèlerinage, célèbre dans toute la chrétienté jusqu'à la Révolution.
La légende de Saint Denis, premier évêque de Paris, apparaît vers 475 lorsque Sainte Geneviève fait bâtir une basilique à l'endroit supposé de sa mort (où se trouve l'actuelle basilique de Saint Denis).
Vers 820, l'abbé de Saint Denis renforce la légende : Saint Denis décapité en 258 aurait ramassé sa tête, gravi la butte, lavé sa tête à une source (aujourd'hui square Suzanne Buisson rue Girardon ou se dresse sa statue), et serait allé jusqu'à Saint Denis avant de s'écrouler mort ....! C'est pourquoi Saint Denis est toujours représenté portant sa tête.
Dans la crypte de ce Sanctum Martyrium fut fondée en 1534 la Compagnie de Jésus par Ignace de Loyola , que nous connaissons encore sous le nom de Jésuites.

Yvonne Le Tac (1882 - 1957) a été institutrice et directrice de l'école des filles située au n°7. Elle a été résistante et déportée. Cette rue porte son nom depuis 1868.

 

retour carte